Get Adobe Flash player

vos retours…

Je suis ravie de la rapidité de réaction de mes lecteurs.

Dans un premier temps, je ne vais pas modifier mon texte, malgré l’importance de certaines informations. En revanche, je reporte, ci-dessous, les éléments que vous me faites parvenir.

***

5 – le 14 mai 2020 : Ça chauffe au parlement italien ! cliquez ici

Sara Cunial, députée italienne, dénonce le conflit d’intérêt du capitalisme financier et notamment du plus connu, qu’elle nomme « le philanthrope et sauveur du monde » Bill Gates. Bill Gates qui, en 2018 a prédit une pandémie, a été l’un des organisateurs de l’Event 201, en octobre 2019. L’Event 201 est une simulation de la gestion globale d’une pandémie.

Depuis des dizaines d’années, Bill Gates travaille pour la dépopulation et un plan de contrôle dictatorial pour obtenir la suprématie dans l’agriculture, la technologie et l’énergie. Dans un discours, Bill Gates a déclaré : « Si nous faisons un bon travail sur les vaccins, la santé et la régulation des naissances, nous pourrons réduire la population mondiale de 10 à 15 % ». Elle ajoute que Gates a provoqué une épidémie de polio qui a causé la paralysie de 500 mille enfants en Inde et, entre autres, la stérilisation de millions de femmes en Afrique.

À la fin de son discours, elle s’adresse au président : « Cher Président Conte, la prochaine fois que vous aurez un appel du philanthrope Bill Gates, transférez-le directement à la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité. Si vous ne le faites pas, dites nous comment nous pourrons vous définir autrement que comme l' »ami avocat » qui suit les ordres d’un criminel »

4- Après les médecins, les enseignants.

Le gouvernement va loin dans son invitation à la délation. Trop loin. Si loin que j’espère un déclic chez tous les citoyens qui acceptent les paroles des politiques et des journalistes, sans oser croire qu’on leur ment… à ce point.

Pour une fois, j’ai écouté la réaction de Nicolas Dupont-Aignan avec intérêt et je partage son avis :  c’est excessivement grave ! Depuis le début de la crise, j’ai qualifié les mesures de liberticides mais là, je reste sans voix.

La fiche du Ministère de l’Education Nationale peut porter à des interprétations confuses. Comment définit-on le « charlatanisme médical »  ? S’agit-il d’un simple désaccord avec les méthodes imposées par  les puissants milliardaires qui régissent le Big Pharma / l’OMS / et sans doute le Conseil de l’Ordre des médecins, (comme vous l’expliquez très bien dans votre article) ?

Je ne vais pas réécrire les trois pages de la fiche, mais une partie de ses enjeux :

  • Sensibiliser les élèves aux risques des discours dangereux qui prodiguent de faux remèdes et des conseils dangereux en lien avec le COVID19
  • Développer l’esprit critique des élèves afin de lutter contre la désinformation, les fake news (ainsi écrit), les rumeurs et les théories complotistes

J’ai plutôt l’impression que l’enjeu est de les museler et de leur imposer une pensée. Terrifiant, non ?

***

3Et si ce déconfinement si prudent (qui garde, somme toute, un air de confinement) était ainsi organisé pour que nos gouvernants  puissent garder la face  ?

Toutes ces voix qui s’élèvent et grondent font plaisir. Je crois (comme beaucoup tout de même) que le COVID 19 n’est pas aussi dangereux et létal qu’annoncé et que le prolongement du confinement  était une erreur. On ne saura jamais, mais je pense que les mesures actuelles serviront à prétendre qu’un déconfinement lent et sélectif a permis de déjouer la deuxième vague ! Les médias se feront un plaisir de diffuser en boucle la (fausse ?) bonne nouvelle en montrant des politiques satisfaits de leur décision. Quelle mascarade ! 

***

2 – Nos libertés réduites au fur et à mesure

Le projet de loi du 2 mai 2020  vise à proroger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 23 juillet 2020  avec en plus :
– adapter la réglementation des déplacements, des transports et de l’ouverture des établissements recevant du public et des lieux de regroupement de personnes, en vue du déconfinement ; – préciser les régimes de mise en quarantaine et de placement à l’isolement administratifs, qui ne pourront être obligatoires que pour les personnes arrivant sur le territoire national, dans une collectivité d’outre-mer ou en Corse ; – élargir les personnes habilitées à constater les infractions aux mesures de l’état d’urgence ; – créer, afin de lutter contre l’épidémie de covid-19, un système d’information rassemblant des données relatives aux personnes atteintes par ce virus et aux personnes ayant été en contact avec elles, le cas échéant sans le consentement des personnes intéressées.

Je souhaite me tromper, mais je crains que nos libertés, soutirées en ce début 2020,  ne nous soient jamais rendues.

***

1 – Etes-vous réellement au courant de ce qui s’est passé dans les EHPAD ?

Le décret du 23 mars 2020  (abrogé le 11 mai (?))  stipule article II :

 Par dérogation à l’article L. 5121-12-1 du code de la santé publique, la spécialité pharmaceutique Rivotril ® sous forme injectable peut faire l’objet d’une dispensation, jusqu’au 11 mai 2020, par les pharmacies d’officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d’être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l’état clinique le justifie sur présentation d’une ordonnance médicale portant la mention “ Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19 ”. Lorsqu’il prescrit la spécialité pharmaceutique mentionnée au premier alinéa en dehors du cadre de leur autorisation de mise sur le marché, le médecin se conforme aux protocoles exceptionnels et transitoires relatifs, d’une part, à la prise en charge de la dyspnée et, d’autre part, à la prise en charge palliative de la détresse respiratoire, établis par la société française d’accompagnement et de soins palliatifs et mis en ligne sur son site.

Le  Dr Eric Simoni dénonce les termes de ce décret : « Les soins palliatifs ont pour mission d’améliorer la qualité de vie des patients atteints d’une maladie évolutive grave ou mettant en jeu le pronostic vital ou en phase avancée et terminale. Ils n’ont pas vocation à accélérer un tri barbare et arbitraire de patients par des médecins à qui on aurait refusé en amont les moyens du diagnostic et du traitement »

Horrible, Non ?

***